Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 JARRY Gregory, OTTO T., CASTEL Lucie - Petite histoire des colonies françaises. 4. La Françafrique

Plus de vues

  •  JARRY Gregory, OTTO T., CASTEL Lucie - Petite histoire des colonies françaises. 4. La Françafrique

JARRY Gregory, OTTO T., CASTEL Lucie

Petite histoire des colonies françaises. 4. La Françafrique

Flblb - Poitiers - 2011
ISBN: 9782357610248
(Petite histoire des colonies française ; 4)
128 p., ill. de T. Otto mises en couleurs par Lucie Castel - 21,2 x 14 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 13,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X47016 livre neuf, broché 5 à 8 jours
13,00 €
Chez Amazon

 La colonisation, la décolonisation et ses suites comme on ne vous l'avait jamais enseignée!

La Françafrique n'existe pas, elle n'a jamais existé. D'abord, qu'est-ce que ça voudrait dire la Françafrique ? Ça voudrait dire qu'après la décolonisation, dans le dos du peuple français, en dehors du champ démocratique, nos élites politiques auraient conservé des liens de sujétion avec nos anciennes colonies d'Afrique en plaçant à leur tête des présidents dévoués à leurs maîtres d'hier ?. Comment aurions-nous réussi un coup pareil ? Il aurait fallu plus que des bases militaires dans ces pays, plus que des Monsieur Afrique de l'Élysée, plus que des Elf, des COGEMA, des Bouygues et des Bob Denard pour faire la Françafrique. Il aurait fallu un silence total et l'assentiment de toute la classe politique. La France est un pays libre, les journalistes, les universitaires, les associations, les juges et les artistes font un travail extraordinaire de contre-pouvoir qui empêche tout népotisme. Allons, soyez tranquilles, la Françafrique n'existe pas et elle n'existera jamais.

 BD pour grands adolescents et adultes. Vulgarisation par l'humour et l'ironie souvent cinglante des parties les plus sombres de notre politique africaine au service des lobbies industriels et financiers. Une vision complémentaire indispensable de l'histoire officielle qui toutefois, de notre avis, se révèle elle aussi assez partisane.