Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 SADJI Abdoulaye - Tounka (édition 1965)

Plus de vues

  •  SADJI Abdoulaye - Tounka (édition 1965)

SADJI Abdoulaye

Tounka

Présence Africaine - Paris - 1965
90 p. - 13 x 20 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X64074 livres d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
12,00 €
Chez Abebooks
X64073 livre d'occasion, brohé 5 à 8 jours
14,00 €
Chez Amazon

 Né au sein d'un peuple qu'un long exode achemina sur les rivages d'une mer vaste et insondable, N'Galka descend en droite ligne d'une famille illustre et légendaire. Merveilleux pêcheur et lutteur grandiose et majestueux, il épouse un jour une jeune et belle étrangère. Princesse énigmatique originaire du royaume de la mer, la compagne de N'Galka fera pénétrer son mari dans un univers surnaturel. Elle donnera naissance à un fils dont les multiples prodiges surprendront les êtres les plus sereins. Les fétiches auront de moins en moins d'effets sur les démons de la mer. Les dieux céderons devant le tumulte des vagues et les forces infernales de l'océan. Happé par le destin inhabituel, N'Galka sera foudroyé par la folie.

 Touka sera publié pour la première fois en épisodes (et sous une version bien différente) dans le journal Paris-Dakar à partir de 1946, puis sous forme de livre à Dakar en 1952 avant de paraître chez Présence Africaine en 1965.

Ouvrage construit à partir des récits des griots mettant en scène l'arrivée légendaire sur la côte atlantique du peuple lébou venant de l'intérieur du pays.
Abdoulaye Sadji (1910-1961) est né à Rufisque au Sénégal.
Son père Demb Sadji, marabout convertisseur, est originaire de Latminguè, un village sérère situé dans la région de Kaolack, et sa mère Oumy Diouf est issue d'une famille musulmane léboue ancrée dans la tradition animiste.
Etudes au Lycée Faidherbe de Saint-Louis puis Ecole normale William Ponty; il sera en 1929 l'un des premiers instituteurs africains puis inspecteur de l'enseignement primaire. Il sera un des pionniers de la négritude. Il meurt dans sa ville natale en 1961.