Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 AL-KONI Ibrahim - Poussière d'or

Plus de vues

  •  AL-KONI Ibrahim - Poussière d'or

AL-KONI Ibrahim

Poussière d'or

Gallimard - Paris - 1998
ISBN: 9782070745500
(Du monde entier)
156 p., traduit de l'arabe (Libye) par Mohamed Saad Eddine EL Yamani - 23 x 14 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 15,25 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X43170 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
9,14 €
Chez Amazon

 Fils d'un noble touareg du Sahara, Oukhayyed reçoit à sa majorité un méhari tacheté, d'une beauté unique mais fragile : le tacheté contracte la gale lors de ses aventures amoureuses. Au terme d'une traversée initiatique du désert, le jeune homme trouve l'herbe du diable qui le guérit. Mais il doit le castrer, en mesure d'expiation, et expier lui-même pour la série de fautes qu'il commet : une promesse non tenue à la déesse Tanit  ; son mariage avec Ayour et son bannissement de la tribu  ; la mise en gage du beau méhari  ; enfin l'échange de sa femme et de son fils contre l'animal et la liberté. Le sac de poussière d'or qu'on lui donne à son insu parachève sa malédiction. Élément corrupteur de la beauté du dromadaire, cette poussière d'or crée le plus grand scandale qu'ait connu le désert.

De nouveau seul avec son méhari, dans des paysages d'une puissante poésie, Oukhayyed ne peut que retarder le moment où il devra payer le prix du déshonneur, sans doute, mais surtout de la beauté absolue et de la liberté dont il a fait le choix.
Ibrahim Al-Koni est né dans le désert Libyen, de culture touareg, il n'apprend à écrire l'arabe qu'à l'âge de 12 ans. Il fait ensuite des études d'histoire et de journalisme en ex-URSS, avant de s'installer en Pologne. Si l'on excepte deux brefs recueils de nouvelles parus en 1975 et 1976, ce n'est qu'à la fin des années 80 qu'il fait connaître au monde son oeuvre (plus de 20 titres publiés à ce jour), saluée à travers tout le monde arabe - au moins dans les cercles éclairés - comme l'une des révélations majeurs de cette fin de siècle. Un premier roman traduit en français ("Poussière d'Or", Gallimard, 1998), puis deux autres ("L'Herbe de la nuit" et "Le saignement de la pierre", L'Esprit des Péninsules, 2000 et 2001), ainsi que quelques nouvelles recueillies dans la revue Serpent à plumes lui ont valu les plus hauts témoignages d'admiration.
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala

Newsletter

Newsletter