Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 BOUFFLERS Stanislas-Jean de - Lettres d'Afrique à Mme de Sabran

Plus de vues

  •  BOUFFLERS Stanislas-Jean de - Lettres d'Afrique à Mme de Sabran

BOUFFLERS Stanislas-Jean de

Lettres d'Afrique à Mme de Sabran

Actes Sud - Arles - 1998
ISBN: 9782742717828
(Babel ; 333)
451 p., notes de François Bessire - 18 x 11 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X54665 livres d'occasion, brochés, état et prix divers 5 à 8 jours
29,35 €
Chez Amazon
X63190 livre d'occasion, broché 5 à 8 jours
6,50 €
Chez Priceminister

 Mon encre se dessèche et mon esprit aussi, ma chère enfant, nous éprouvons les chaleurs qu'on m'avait annoncées dans ce mois-ci, qu'on dit le plus chaud de l'année dans ce pays-ci. (...) Je me suis promené dans des bois assez jolis, où mes gens ont reconnu des pas d'éléphant, on en a ensuite eu d'autres indices assez malpropres, mais trop considérables pour venir d'ailleurs. Enfin je suis arrivé à un village, que j'ai trouvé en joie et en danse. J'en ai demandé la raison : c'est qu'avant-hier on a tué l'éléphant en question et qu'on le coupe par morceaux, qu'on fait sécher la chair, et que tous les environs à quatre lieues à la ronde se proposent d'en faire un grand régal. Le maître du village est venu me complimenter pour avoir un petit présent en poudre et en eau-de-vie, et m'a proposé de me mener voir l'éléphant à une lieue et demie. (...) Il y avait tout le long du chemin des troupeaux de nègres et négresses chargés de viande qui revenaient de chez eux en dansant et en chantant, et l'odeur était si forte que j'étais toujours obligé de passer au vent pour n'en être point suffoqué. J'ai voulu en emporter les dents, mais on ne pouvait point encore les lever. J'ai ordonné qu'on me les gardât pour mon retour, et j'espère que tu les verras.

La correspondance entre le chevalier de Boufflers nommé au Sénégal et sa maîtresse restée en France; près de 600 lettres écrites entre 1785 et 1787; un précieux témoignage sur le Sénégal au XVIIIe siècle doublé d'une très belle correspondance amoureuse