Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
DEPONT Octave, COPPOLANI Xavier - Les confréries religieuses musulmanes publié sous le patronage de M. Jules Cambon Gouverneur Général de l'Algérie

Plus de vues

  • DEPONT Octave, COPPOLANI Xavier - Les confréries religieuses musulmanes publié sous le patronage de M. Jules Cambon Gouverneur Général de l'Algérie

DEPONT Octave, COPPOLANI Xavier

Les confréries religieuses musulmanes publié sous le patronage de M. Jules Cambon Gouverneur Général de l'Algérie

J. Maisonneuve - Geuthner - Paris - 1987
ISBN: 9782720010514
XXVIII-576 p., 2 gravures tirées à part, 64 dans le texte et une grande carte en couleur dépliante en pochette toile verte jointe, le tout sous enboîtage entoilé - 27 x 19 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 154,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X39505 livres d'occasion, sous emboîtage de toile verte, bien complet de sa grande carte dépl.en couleurs 5 à 8 jours
129,34 €
Chez Abebooks

 

Un ouvrage de base incontournable pour l'étude de l'histoire de l'Islam saharien. Réédition anastatique de l'ouvrage original publié par Jourdan à Alger en 1897 et devenu presque introuvable.

Lire sur Coppolani le très intéressant article de Cécile Frébourg "Coppolani revisité" paru dans la revue française d'histoire d'outre-mer - 1993, 80, pp. 615-626

Xavier Coppolani (1866-1905) est fils d'un colon Corse installé en Algérie (région de Constantine). Il sera d'abord secrétaire des communes mixtes en Algérie; il apprend l'arabe et se spécialise dans l'étude des confréries musulmanes. En 1898 Trentinian, alors gouverneur du Soudan, le charge d'étudier les relations existant entre confréries d'Algérie et celles du Soudan (Mali actuel). Il part de Saint-Louis (avec Randau) et par le Hodh et l'Azaouad atteint Tombouctou puis les portes d'Araouan. En 1899 il milite pour la création de la Mauritanie occidentale et obtient gain de cause. Il en est nommé résident et, en 1902, commissaire du Gouvernement Général de l'A.O.F. Il obtient, par une diplomatie habile et des voyages incessants le ralliement du Tagant, du Hodh et enfin de l'Adrar. Il est cependant tué par des Maures à Tidjikja le 12 mai 1905.