Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 GADEN Henri, ALIOU TYAM Muhammadou - La vie d'El Hadj Omar. Quacida en Poular. Transcription, traduction, notes et glossaire par ____

Plus de vues

  •  GADEN Henri, ALIOU TYAM Muhammadou - La vie d'El Hadj Omar. Quacida en Poular. Transcription, traduction, notes et glossaire par ____

GADEN Henri, ALIOU TYAM Muhammadou

La vie d'El Hadj Omar. Quacida en Poular. Transcription, traduction, notes et glossaire par ____

Institut d'Ethnologie - Paris - 1935
(Travaux et mémoires de l'Institut d'ethnologie ; 21)
288 p. - 26,5 x 17,5 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X63769 livres d'occasion, pleine percaline verte éditeur, à partir de: 5 à 8 jours
14,00 €
Chez Abebooks

 

 Traduction et transcription à partir de l'adjami d'une des plus célèbres chroniques relatant la guerre sainte menée par Umar Tall au milieu du XIX eme siècle au Sénégal, en Guinée et surtout au Mali

 
Nicolas, Jules, Henri Gaden (Bordeaux, 1867 - Saint-Louis, 1939) militaire français et administrateur colonial auteur de nombreux ouvrages sur l'histoire la littérature et la linguistique des peuls.
Il nait à Bordeaux dans l'aristocratie du bouchon (famille d'origine allemande). Après saint-Cyr sera affecté au Soudan comme adjoint du résident de Bandiagara (1894-1896). Deuxième séjour au Soudan de 1897 à 1899 et participation à la capture de Samory. Il sera ensuite résident à Zinder et au Baguirmi avant de rejoindre en 1908 la Mauritanie (à Boutilimit où il assure le ravitaillement de la colonne de l'Adrar). Il s'installe à Saint-Louis à partir de 1910 comme chef du bureau des affaires politiques du Sénégal. Blessé pandant la guerre de 14-18 il est nommé commandant militaire de la Mauritanie puis en devient le Gouverneur après la création de ce territoire en 1919. Il oeuvrera longtemps, et sans sucès, à la création d'une Mauritanie élargie au Fouta sénégalais; ce qui lui vaudra sa disgrâce. Il prend sa retraite en 1926 et restera jusqu'à sa mort en 1939 à Saint-Louis.
(Soumbala a puisé pour rédiger ce texte dans l'excellente notice d'Anna Pondopoulo in: dictionnaire des orientalistes de langue française, François Pouillon éditeur)
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala

Newsletter

Newsletter