Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 NJIKE-BERGERET Claude - Ma passion africaine

Plus de vues

  •  NJIKE-BERGERET Claude - Ma passion africaine

NJIKE-BERGERET Claude

Ma passion africaine

J'ai lu - Paris - 1998
(J'ai lu ; 4903)
382 p. - 18 x 11 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X54510 livres d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
0,90 €
Chez Priceminister

Pourquoi ai-je épousé le chef traditionnel de Bangangté ? Parce que je l'aimais, voilà tout.

Fille et petite-fille de missionnaires protestants, Claude vit ses treize premières années au Cameroun. Une expérience qui la marquera à tout jamais. De retour en France, ni une éducation provinciale étriquée ni un premier amour suivi des joies de la maternité ne lui feront oublier la magie de son enfance.

Et un jour le destin l'appelle à nouveau en Afrique. Amoureuse du chef de Bangangté, elle l'épouse et s'installe à la chefferie en compagnie d'une quarantaine de co-épouses et de leur progéniture. Pendant neuf ans, elle y mène une vie riche et singulière entre le quartier des femmes, le palais, les bois sacrés.

Itinéraire unique d'une femme exceptionnelle, ce livre est un chant d'amour à une terre, à un homme, à un peuple. C'est aussi la découverte d'un autre mode de vie et de pensée. Un modèle de tolérance…

 

Itinéraire d'une européenne mariée au chef traditionnel polygame de Bangangté (Cameroun). A la mort de son mari elle reste sur place et s'installe avec ses enfants dans une vie rurale très simple. Témoignage de grand intérêt

Claude Njiké-Bergeret nait en 1943 à Douala de parents tous deux missionnaires protestants de la SME . Son père Charles Bergeret est pasteur, sa mère Yvette assistante sociale. Ils s'installeront en 1946 à Banganté, en pays bamiléké. Claude reviendra en France en 1956, y fera ses études (de géographie) et se mariera et aura 2 enfants. Elle revient au Cameroun après son divorce en 1972 et reprend pour le compte de la SME la direction de l'école de Mfetom que sa mère avait jadis fondée et dirigée…En 1978 elle devient la 31 eme épouse du chef de Banganté François Njiké Pokam (1946-1987) dont elle aura deux autres enfants. Après la mort de celui-ci, elle décide de rester au Cameroun et s'installe à proximité immédiate de Banganté sur une petite ferme qu'elle exploite elle-même.
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala

Newsletter

Newsletter