Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 BAYART Jean-François, MBEMBE Achille, TOULABOR Comi M. - Le politique par le bas en Afrique noire. Nouvelle édition augmentée

Plus de vues

  •  BAYART Jean-François, MBEMBE Achille, TOULABOR Comi M. - Le politique par le bas en Afrique noire. Nouvelle édition augmentée

BAYART Jean-François, MBEMBE Achille, TOULABOR Comi M.

Le politique par le bas en Afrique noire. Nouvelle édition augmentée

Karthala - Paris - 2008
ISBN: 9782811100193
(Les Afriques)
228 p. - 21,5 x 13,5 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 25,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X66182 livre neuf, broché 5 à 8 jours
26,00 €
Chez Abebooks
X49104 livre neuf, broché 5 à 8 jours
25,00 €
Chez Amazon

 Dès le début des années 1980, les auteurs posaient le problème du politique par le bas en Afrique. Ils soulignaient le rôle des "petits", des "sans importance", des "en bas du bas" dans l'invention de formes originales de l'Etat, alors même que prévalaient au sud du Sahara des situations autoritaires. Mais ils s'interdisaient aussi de postuler l'existence d'une "culture populaire", en reprenant à leur compte les critiques formulées à l'encontre de cette notion. Ils proposaient pour leur part une problématique de l'énonciation du politique, seule à même de restituer l'historicité du politique dans sa complexité et son ambivalence. Leurs analyses ont marqué le renouvellement des études africaines et ont reçu une large audience bien au-delà de ces dernières. Réunies en 1992 dans un volume qui fit date mais qui était épuisé depuis plusieurs années, elles sont aujourd'hui reprises, alors que de nombreux travaux redécouvrent la portée de l'approche du "politique par le bas" et la mettent en perspective avec les subaltern studies indiennes, l'Alltagsgeschichte allemande, la microstoria italienne ou l'historiographie marxiste anglaise. Dans cette nouvelle édition augmentée, une préface inédite montre en quoi elle demeure utile de pour comprendre le monde contemporain en dehors des facilités de pensée. A condition de voir qu'elle n'a jamais prétendu être une "école", mais un simple état d'esprit, une forme d'hétérodoxie par rapport aux courants établis des sciences sociales, une expression de cynisme heuristique vis-à-vis des croyances et des convenances académiques ou politiques.

Réédition de cet ouvrage paru en 1992, avec une préface inédite montre en quoi cette approche demeure utile pour comprendre le monde contemporain en dehors des facilités de pensée. Le rôle des petits, des sans importance dans l'invention de nouvelles formes originales de l'Etat en Afrique. Une forme d'analyse qui, à partir du début des années 80, va renouveller l'approche africaniste francophone. Des études de cas concernant principalement le Togo et le Cameroun.

Sommaire:
PRÉFACE À LA NOUVELLE ÉDITION
INTRODUCTION

I. JEAN FRANÇOIS BAYART, LES JALONS D’UNE MÉTHODE
1. Le politique par le bas en Afrique noire, Questions de méthode
2. La revanche des sociétés africaines

II. COMI TOULABOR, L’ART DU FAIBLE
1. Jeu de mots, jeu de vilains, Lexique de la dérision politique au Togo
2. L’énonciation du pouvoir et de la richesse chez les jeunes « conjoncturés » de Lomé (Togo)

III. ACHILLE MBEMBE, MEMOIRE HISTORIQUE ET ACTION POLITIQUE
1. Le palabre de l’indépendance, Les ordres du discours nationaliste au Cameroun (1948-1958)
2. Pouvoir des morts et langage des vivants, Les errances de la mémoire nationaliste au Cameroun

IV. JEAN-FRANÇOIS BAYART, ACHILLE MBEMBE, UN NOUVEAU DEBAT
1. Pouvoir, violence et accumulation
2. L’afropessimisme par le bas
- Jean-François Bayart est directeur de recherche au CNRS (Sciences Po/ CERI, Paris).

- Comi Toulabor est directeur de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques (CEAN/Institut d'études politiques de Bordeaux).

- Achille Mbembe est né au centre du Cameroun en 1957 au sein de l'ethnie Bassa, dans une région qui fut un sanctuaire du mouvement nationaliste camerounais et de l'UPC. Il fera des études d'histoire à Paris puis exercera à Columbia avant d'occuper 4 ans (1996-2000) le poste de Secrétaire exécutif du CODESRIA à Dakar.Il s'établit ensuite en Afrique du Sud où à partir de 2001 il exerce des fonctions de directeur de recherche à l'Université de Johannesburg (Witwatersrand Institute of Social and Economic Reserarch). Il est aujourd'hui l'un des théoriciens les plus connus du post-colonialisme