Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 HADJ-NACEUR Malika - La dérision comme stratégie d'écriture. L'exemple des littératures africaines et antillaises de langue française

Plus de vues

  •  HADJ-NACEUR Malika - La dérision comme stratégie d'écriture. L'exemple des littératures africaines et antillaises de langue française

HADJ-NACEUR Malika

La dérision comme stratégie d'écriture. L'exemple des littératures africaines et antillaises de langue française

Karthala - Paris - 2016
ISBN: 9782811115074
(Lettres du Sud)
504 p. - 24 x 16 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 34,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X66554 livre neuf, broché 5 à 8 jours
34,00 €
Chez Abebooks
X66553 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
17,55 €
Chez Priceminister

 Les textes retenus dans cette étude procèdent à la fois d’un désir de mettre en question le langage de l’imaginaire et d’une volonté de s’op- poser à tout ce qui fait obstacle à une (re)conquête active du sentiment de l’humain, par le biais du « parler-dérision ».

Après avoir scruté le paratexte des œuvres, l’auteure étudie la façon dont la dérision se manifeste dans l’écriture par les jeux du double et du dédoublement. Puis, elle met au jour les apparentements intertextuels qui sont une des constantes des procédés de dérision : lieu du « faire comme si », du jeu ésotérique, mythique, érotique, donjuanesque des écritures.
L’éventail des auteurs abordés est très large. Pour les Antilles, il va d’Aimé Césaire à Daniel Boukman, en passant par René Depestre, Max Jeanne et Simone Schwarz-Bart. Pour le Maghreb, ont été retenus des œuvres de Kateb Yacine, Boualem Sansal, Tahar Ben Jelloun, Mouloud Mammeri, Yasmina Khadra, etc. Pour l’Afrique subsaharienne, Ferdinand Oyono, Ahmadou Kourouma, Sony Labou Tansi, Werewere Liking, Ousmane Sembène, Williams Sassine... Ce choix d’aires culturelles variées autorise le rapprochement de visions du monde opposées qui se jouent des vérités instituées grâce au mouvement des écritures et à leurs modalités d’énonciation qui rusent avec les turbulences du vécu et avec toutes les censures.
corpus de l'étude:
L’éventail des auteurs abordés est très large. Pour les Antilles, il va d’Aimé Césaire à Daniel Boukman, en passant par René Depestre, Max Jeanne et Simone Schwarz-Bart. Pour le Maghreb, ont été retenus des œuvres de Kateb Yacine, Boualem Sansal, Tahar Ben Jelloun, Mouloud Mammeri, Yasmina Khadra, etc. Pour l’Afrique subsaharienne, Ferdinand Oyono, Ahmadou Kourouma, Sony Labou Tansi, Werewere Liking, Ousmane Sembène, Williams Sassine..
Malika Hadj-Naceur est titulaire d’un doctorat d’État en littératures africaines et comparée. Professeure à l’Université d’Alger 2, ses enseignements et ses recherches portent (notamment) sur les écrivains maghrébo-subsahariens/antillais et sur les « états de la langue », thème du numéro spécial de la Revue des Lettres et des Langues qu’elle a dirigé. Elle est l’auteur d’un ouvrage sur les figures littéraires des migrants (1987) et a publié des articles divers dans des ouvrages collectifs et des revues internationales. L’équipe de recherche qu’elle supervise s’intéresse au « Lire-délire-dé/lire » dans les littératures de langue française contemporaines.