Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 BADIAN Seydou - Noces sacrées: les dieux de Kouroulamini

Plus de vues

  •  BADIAN Seydou - Noces sacrées: les dieux de Kouroulamini

BADIAN Seydou

Noces sacrées: les dieux de Kouroulamini

Présence Africaine - Paris - 1977
(Ecrits)
150 p. - 20 x 13,5 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X41765 livre d'occasion,broché 5 à 8 jours
28,20 €
Chez Abebooks
X62994 livre d'occasion,broché 5 à 8 jours
18,95 €
Chez Priceminister

 Le protagoniste essentiel de ce récit est un masque, le grand N'Tomo ; de son absence, de son rapt naît le drame. Ainsi sommes-nous invités, peut-être, à méditer les dimensions d'un autre drame où se jouerait la destinée, c'est-à-dire l'identité négro-africaine. Dans Noces sacrées l'auteur, dont on n'a pas oublié l'apport théorique et l'engagement politique dans les affaires africaines, a certainement, au plan du vécu, cette fois, mis beaucoup de lui-même. Mais ce vécu est celui de l'enracinement, de la longue mémoire, il signifie un retour à ce qui, en deçà des remous de l'histoire, manifeste la pérennité de l'être-au-sacré africain, lieu de permanence d'un savoir et de pratiques ancestraux-, en ce lieu réside le peuple noir lui-même il du en sa masse immense, mais gardien légitime, loin du bruit, de la fureur et de la frivolité, de sa parole et de ses pouvoirs.

Edition originale (aujourd'hui épuisée à Présence Africaine) de cet ouvrage de Seydou Badian.

Au centre de ce roman un masque bambara, le N'Tomo, apparenté à la société secrète d'initiation du Komo et son vol pour satisfaire à la demande d'un européen qui, rationnel comme le sont les occidentaux, ne veut voir en lui qu'une œuvre d'art comme les autres…. Quelques années et bien des ennuis plus tard, il sera amené à accepter l'irrationnel et le fondamental contenu sacré de ces objets et sa vie en sera transformée…

Seydou Badian Kouyaté est né à Bamako en 1928, il fait ses études de médecine à Montpellier, militant du RDA il sera nommé ministre du plan par Modibo Keita en 1962 et écrira l'hymne national du Mali. Après le coup d'état de 1968, il est déporté à Kidal où il restera 7 ans détenu. Il écrit en prison Le sang des masques (sur des cartons de sucre). Libéré en 1975 il s'exilera au Sénégal. Il est le père du styliste Lamine Xuly Bët
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala

Newsletter

Newsletter