Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 CRENN Chantal - Entre Tananarive et Bordeaux. Les migrations malgaches en France. Approche anthropologique des ethnicités malgaches dans le monde contemporain (1990-1995)

Plus de vues

  •  CRENN Chantal - Entre Tananarive et Bordeaux. Les migrations malgaches en France. Approche anthropologique des ethnicités malgaches dans le monde contemporain (1990-1995)

CRENN Chantal

Entre Tananarive et Bordeaux. Les migrations malgaches en France. Approche anthropologique des ethnicités malgaches dans le monde contemporain (1990-1995)

Presses universitaires de Bordeaux (PUB) - Pessac - 2013
ISBN: 9782867818462
(Etudes culturelles)
218 p., index, bibliographie, préface de Gérard Althabe - 23 x 15 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 25,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X60371 livre neuf, broché 5 à 8 jours
25,00 €
Chez Amazon

 L'auteur replace la migration malgache dans le cadre de l'ensemble des migrations en France : il s’agit d’une migration d’élite. Au départ ce sont des jeunes gens de la bourgeoisie de Tananarive qui viennent faire des études en France à Bordeaux. Puis face à la dégradation économique de Madagascar les parents les rejoignent. Cette population adopte une stricte stratégie d’invisibilité facilitée par une un éparpillement résidentiel.

Cette installation commence dans les années 1950. L’auteur montre comment la paroisse protestante sert de champ de protection vis-à-vis de l’environnement étranger ou même par rapport aux autres migrants malgaches d’origine « côtière », « catholique »…
Le cœur de cet ouvrage se constitue sur le terrain de la production des identités individuelles et collectives. Des relations familiales aux relations associatives, des relations d’amitié aux relations instituées, les Malgaches ont bâti autour d’eux un réseau social à qualité variable.
Sommaire:
Introduction

PREMIÈRE PARTIE : CONSTRUCTIONS FAMILIALES
Chapitre I : Famille et ethnicité remaniées à Madagascar
- Le fihavanana revisité
- Construction du "nous" familial par les études en France
- De l'ancêtre "totem" à la pratique collective du "retournement des morts"

Chapitre II : Le "nous" malgache dans le contexte français
- Temps des études : l'autonomie comme attribut de la malgachité ?
- Les réagencements familiaux pour donner consistance au "nous"
- La consolidation du "nous" par l'utilisation de la généalogie
- Construire sa postérité, devenir ancêtre et rendre ses petits-enfants "malgaches"
- Transmettre de manière souple une manière "d'être malgache"

DEUXIÈME PARTIE : DE L'IDENTITÉ CHRÉTIENNE

Chapitre I : Quel "nous" chrétien à Tananarive ?
- La paroisse internationale comme marque de distinction sociale
- Être chrétien, une affaire nationale ?
- La foi, une affaire personnelle

Chapitre II : Le temple de la rue du Hâ
- Le temple comme pôle historique
- Le temple comme rapport à la société majoritaire
- Les relations inter-générationelles entre "engagés"

Conclusion

ANNEXE : LE CONTEXTE HISTORIQUE ET SOCIAL DE LA MIGRATION MALGACHE

Chapitre I : Quelle histoire pour l'ethnicité des Malgaches de l'Imerina ?
- L'origine "asiatique" surinvestie
- Andrianampoinimerina, l'emblème de la "merinité"
- D'un christianisme "choisi" par "leurs ancêtres" à l'héritage d'une "culture lettrée"
- Résoudre, aujourd'hui, le sentiment de culpabilité
- L'inserrection de 1947

Chapitre II : Les différentes vagues migratoires entre Madagascar et la France
- De 1880 à 1970 : une émigration marquée par la présence européenne à Madagascar
- Après l'insurrection de 1947 : étudiants exilés et étudiants privilégiés
- De 1975 à 1990 : une émigration temporaire qui devient définitive
- À partir de 1990 : des "étudiants-travailleurs".
Chantal Crenn est anthropologue, MCF à l'Université Michel de Montaigne, IUT Michel de Montaigne et chercheure à l'UMI Cnrs 3189 ESS Dakar et au LAM Cnrs IEP 5115 Pessac. Elle est spécialisée dans l'étude des migrations internationales et des relations interethniques en France et à l'étranger (Maroc et Sénégal). Depuis 10 ans, elle a intégré dans ses analyses concernant les phénomènes migratoires et les relations interethniques hiérarchisées la dimension alimentaire. Elle est membre du comité éditorial de la revue en ligne Anthropology of Food ainsi que de la revue Corps.