Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 DUIKER K. Sello - La sourde violence des rêves

Plus de vues

  •  DUIKER K. Sello - La sourde violence des rêves

DUIKER K. Sello

La sourde violence des rêves

Vents d'ailleurs - La Roque d'Anthéron - 2014
ISBN: 9782364130395
(Pulsations)
496 p., traduit de l'anglais (Afrique du Sud) par Jean-Yves Kruger-Katelan - 22 x 15 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 23,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X61187 livre neuf, broché 5 à 8 jours
23,00 €
Chez Amazon

 Roman vaste, dense, osé, ce roman d'apprentissage, La sourde violence des rêves, raconte la plongée de Tshepo dans la dépression, voire la folie, puis sa lente émersion via la prostitution qui lui fait connaître la fraternité, la tendresse et même l'amour. Son parcours suivra les voies de la ville du Cap, sorte de San Francisco des antipodes, à l'image de cette société multiple où il côtoie des personnes de toutes origines, des plus pauvres aux plus aisés. 

Roman polyphonique, La sourde violence des rêves est traversé de réflexions nombreuses, brillantes sur le rapport entre les hommes et les femmes, l'identité sexuelle, l'homosexualité, les relations entre les "races", l'alcool, la drogue, les communautés... Ce roman brosse une fresque formidable de la vie au Cap (Afrique du Sud), au tournant du 20e siècle, creuset d'un nouveau monde où affleure une nouvelle géographie des genres. 
Vaste odyssée urbaine, La sourde violence des rêves propose une "saison en enfer" moderne.
K Sello Duiker, né en 1974, grandit dans l'Afrique du Sud post-apartheid à Soweto (township de Johannesburg), le coeur de la révolte anti-apartheid. Né de parents issus de la classe moyenne, il devient un des premiers étudiants noirs à fréquenter un lycée privé essentiellement réservé à l'élite blanche. Quand Nelson Mandela devient le premier président noir du pays, Sello Duiker a vingt ans. Après des études en Grande-Bretagne, il devient rédacteur publicitaire, scénariste et responsable de programmes à la télévision sud-africaine.
Il a vingt-sept ans quand il publie La sourde violence des rêves. K Sello Duiker a été l'un des éléments le plus brillant et le plus prometteur de la nouvelle génération d'artistes post-apartheid : "Durant sa courte vie, Duiker fut une étoile montante, consacré comme porte-parole de sa génération", (The New York Times, repris dans Courrier international 863, 16-23 mai 2007). "A 28 ans à peine, il a déjà publié deux romans et prépare le troisième, s'extasiait le Sunday Times.
Et jour après jour, sa voix se fait mieux entendre". K Sello Duiker se suicide à l'âge de 30 ans, en janvier 2005. La sourde violence des rêves demeure le témoignage troublant de la trajectoire fulgurante d'un auteur emblématique d'une société en transition.