Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 TRAUTMANN René - La littérature populaire à la Côte des Esclaves: contes, proverbes, devinettes

Plus de vues

  •  TRAUTMANN René - La littérature populaire à la Côte des Esclaves: contes, proverbes, devinettes

TRAUTMANN René

La littérature populaire à la Côte des Esclaves: contes, proverbes, devinettes

Institut d'ethnologie - Paris - 1927
(Travaux et mémoires de l'Institut d'ethnologie ; 04)
VII+105 p., préface de Maurice Delafosse - 19 x 27 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X63771 livres d'occasion, cartonnage vert éditeur, à partir de: 5 à 8 jours
25,00 €
Chez Abebooks
X14627 livre d'occasion, cartonnage vert éditeur, excellent état 5 à 8 jours
21,78 €
Chez Priceminister

 "Le Dr Trautmann s'est contenté de mettre en français, sans rien y changer, des contes et autres productions qui ont cours parmi les populations Popo (ou Guin), Fon (ou Dahoméenne) et Nago (ou Yorouba) de la Côte des Esclaves. Entre les innombrables récits qui se colportent de village en village dans cette contrée et qu'il s'est fait raconter sur place par des indigènes, il a fait choix de ceux qui, explicitement ou implicitement, comportent une moralité et les a reproduits selon un ordre basé sur les matières auxquelles s'applique cette moralité. Ainsi nous a-t-til mis à même de déduire, de leur lecture, les idées que se font les Popo, les Fon et les Nago sur les divers problèmes de la vie morale et sociale.". Extrait de la préface de Maurice Delafosse

Contes, proverbes et devinettes recueillis au sud du Bénin et du Nigeria parmi des populations gouin, fon et yoruba.

René Félix Alexandre Trautmann (1875-1956) sort en 1902 diplômé de l'école de médecine coloniale de Bordeaux et part au "Congo français" où il restera 7 ans(en 2 séjours) servant à Libreville, Loango, Brazaville et N'Djolé. Il participera en 1905 à la mission d'inspection confiée à Savorgnan de Brazza suite aux excès des compagnies concessionnaires. Nous le retrouvons ensuite en AOF jusqu'en 1916 : directeur du laboratoire de bactériologie de Kindia puis de Bamako. Après la guerre il sera médecin-chef de l'hôpital de Cotonou (1919-1924) puis en poste à Madagascar (1927-1932).Il prend sa retraite comme Médecin-Major en 1934 et se retire à bordeaux où il meurt en 1956.