Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 KAMARA Shaykh Muusa, SCHMITZ Jean, (sous la direction de) - Florilège au jardin de l'histoire des Noirs. 1, L'aristocratie peule et la révolution des clercs musulmans, vallée du Sénégal

Plus de vues

  •  KAMARA Shaykh Muusa, SCHMITZ Jean, (sous la direction de) - Florilège au jardin de l'histoire des Noirs. 1, L'aristocratie peule et la révolution des clercs musulmans, vallée du Sénégal

KAMARA Shaykh Muusa, SCHMITZ Jean, (sous la direction de)

Florilège au jardin de l'histoire des Noirs. 1, L'aristocratie peule et la révolution des clercs musulmans, vallée du Sénégal

Editions du CNRS - Paris - 1998
ISBN: 9782271055194
(Documents, études et répertoires)
464 p., ill., 4 planches de microfiches en pochette - 24x16 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 60,35 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
48854 livre neuf, broché avec ses 4 planches de micro-fiches 5 à 8 jours
60,35 €
Chez Amazon

Durant les années 1920, un lettré sénégalais, Shaykh Muusa Kamara (1864-1945), rédigea en arabe une monumentale Histoire des Noirs, le Zuhur al-basatin fi Ta'rikh al-Sawadin ("Florilège au jardin de l'histoire des Noirs"), déposé à l'Institut fondamental d'Afrique noire-Cheikh Anta Diop de Dakar. Les trois quarts des 1700 pages de son manuscrit, qui rassemble de nombreuses traditions transcrites en arabe ou des chroniques des différents états peuls fondés depuis le XVIIe siècle après un jihad, de Sokoto à l'est (Nigeria actuel) juqu'à la moyenne vallée du Sénégal (Sénégal/Mauritanie), sont consacrés aux populations riveraines du fleuve Sénégal. C'est cette partie qui fait l'objet de la présente traduction française en quatre volumes, dont le premier relate la conquête du pouvoir par des lettrés musulmans à la fin du XVIIIe siècle et décrit les villages situés dans la partie amont du Fuuta Tooro. L'intérêt premier d'une telle entreprise réside dans la qualité des sources, qui ont séduit plus d'un historien, et dans l'esprit critique dont fait montre l'auteur. En effet, il désapprouve les prétentions des musulmans sénégalais ou mauritaniens à se fabriquer de prestigieux ancêtres arabes provenant du Moyen-Orient car, selon lui, la noblesse réside dans la seule maîtrise de la culture arabo-islamique. Cette ethno-histoire, synthèse de traditions orales recueillies au début du siècle, constitue de fait une inestimable base de données socio-historiques sur la vallée du Sénégal. Le second intérêt est historiographique : Kamara opère en permanence une transposition culturelle des institutions et de l'histoire d'une société située aux confins de l'Occident musulman selon un triple registre. L'auteur utilise en effet l'arabe classique - donc les catégories de pensée arabo-musulmanes - pour décrire cette société qui se définit par la pratique d'un même dialecte peul, le pulaar, description qu'il destine pourtant principalement aux administrateurs-ethnologues français de son temps, Henri Gaden et Maurice Delafosse.