Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 PAULHAN Jean - Le repas et l'amour chez les Merinas

Plus de vues

  •  PAULHAN Jean - Le repas et l'amour chez les Merinas
  •  PAULHAN Jean - Le repas et l'amour chez les Merinas. Nouvelle édition 2005)
  •  PAULHAN Jean - Le repas et l'amour chez les Merinas. gravure de Bernard Dufour

PAULHAN Jean

Le repas et l'amour chez les Merinas. Nouvelle édition

Fata Morgana - St Clément de Rivière - 2005
ISBN: 9782851943071
82 p., 7 illustrations de Bernar Dufour, édition limitée à 500 exemplaires sur vergé - 22,5 x 14,5 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 15,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X67824 livres d'occasion, exemplaires de l'édition de 1970, dont un tirage de tête sur Arches. A partir de: 5 à 8 jours
35,19 €
Chez Abebooks
X67816 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
12,00 €
Chez Amazon
X67823 livres d'occasion, édition, tirages et prix divers. A partir de: 5 à 8 jours
20,00 €
Chez Abebooks

 Paulhan observe les Malgaches " ils ne dînent jamais à plus de trois ou quatre ; et il est tout à fait inconvenant d'entrer dans une maison quand les gens sont à table. Ou si l'on entre, ils se lèvent tout de suite et font semblant de faire autre chose. Même une cuisinière n'ose goûter sa soupe, que si personne ne la regarde." Et dans une autre lettre : "autour des repas, ils ont mis toutes les délicatesses de sentiments, les complications que l'on met en Europe autour de l'amour. Mais s'agit-il seulement des coutumes malgaches ? Au même moment, Paulhan écrit aussi sur le mensonge, comme il l'avait fait en France sur la fatigue, la croyance, les rêves ou le sentiment de liberté. Il lit Les Immémoriaux de Max-Anély, et préfère Maupassant à Pierre Loti. Il se promet d'étudier les proverbes, qui pour lui ont deux sens, l'un moral - et l'autre inconvenant. Sous un premier titre, Les Mérinas et le soin des repas, cet essai, qui est presque un récit, est achevé en juin 1909 ; il n'est pas publié du vivant de l'auteur.

 Première édtion Fata morgana en 1970: 50 exemplaires sur Arches. Une eau-forte signée, tirée par Bernard Dufour ;  500 exemplaires sur vergé malgache; 5 exemplaires sur japon nacré avec l’eau-forte; Quelques exemplaires sur papiers de couleurs. 

Réédition en 1987: 800 exemplaires sur vergé ivoire
 
Écrit vers 1912, à son retour de Madagascar, c’est un des premiers textes de Paulhan, à mi-chemin de l’essai ethnologique et du récit de fiction. Et l’on comprend que ces Merinas, qui manifestent une si grande pudeur, non pour leurs ébats amoureux, mais pour leurs repas, devaient séduire l’esprit déjà paradoxal de Paulhan. Ce texte, indisponible depuis plusieurs années, ne figure pas dans les Œuvres complètes.
Jean Paulhan (1884-1968) séjourne et travaille à Madagascar de Janvier 1908 à novembre 1910. Il est professeur de lettres au collège de Tananarive. Il tombe amoureux de la Grand Île, apprend sa langue, recueille les "hain-teny": proverbes, adages ou science des paroles, encyclopédie morale du quotidien comme des grands événements malgaches. Après son retour en France il enseignera le malgache à Langues O' pendant quelques mois puis en 1913 publiera chez Geuthnerun premier ouvrage, savant et universitaire sur les hain-teny. Il donnera en 1939, chez Gallimard une nouvelle version de son approche de ce style littéraire malgache avec un deuxième ouvrage beaucoup plus littéraire. Jean Paulhan aura ainsi participé à la redécouverte d'un genre culturel traditionnel majeur par les intellectuels malgaches eux-mêmes.
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala

Newsletter

Newsletter