Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 BOYER Alain-Michel - Les Wan, Mona et Koyaka de Côte d'Ivoire

Plus de vues

  •  BOYER Alain-Michel - Les Wan, Mona et Koyaka de Côte d'Ivoire

BOYER Alain-Michel

Les Wan, Mona et Koyaka de Côte d'Ivoire

Hazan - Fondation culturelle Barbier-Mueller - Paris-Genève - 2011
ISBN: 9782754105514
(Petit format)
175 p., 150 illustrations et cartes, préface de Jean-Paul Barbier-Mueller - 18,3 x 23,5 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X47176 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: (version française et aussi version anglaise) 5 à 8 jours
36,03 €
Chez Abebooks

 Combien de peuples africains, de faible importance numérique, sont-ils encore aujourd’hui, « oubliés », même si les pays où ils vivent font la « une » des média ? C’est le cas en Côte d’Ivoire, qui comporte plus de soixante ethnies, jusque-là réunies dans la plus grande harmonie. Combien d’arts sont-ils du coup négligés, alors qu’ils ont influencé ceux de leurs plus puissants voisins ? Tels sont les Wan, les Mona, les Koyaka, qui vivent presque côte à côte, au centre-ouest de la Côte d’Ivoire, dans quelques dizaines de villages, et dont l’Occident ne sait presque rien. Qui serait capable de leur attribuer une quelconque création artistique ? Pourtant, leurs nombreux masques, masques à visage humain, masques-disques, masques anthrozoomorphes, masques-heaumes, évoquant des entités surnaturelles, sont encore tous en fonction, lors de spectaculaires cérémonies, et ces réalisations plastiques, qui ont irradié vers l’Est et le Sud, constituent quelques pièces maîtresses du puzzle esthétique du Centre de la Côte d’Ivoire. Ces trois peuples, il est vrai, vivent dans une région relativement reculée, au bout de pistes difficiles, et leur art est, pour une large part, invisible au voyageur qui traverse le pays et qui n’a que peu de chance de voir des danses avec les masques (la plupart interdits aux femmes, africaines ou occidentales)

 Deuxième ouvrage de cette collection faisant suite à celui de Daniela Bognolo sur les Gan du Burkina Faso. Cette fois-ci il s'agit de l'étude (très dense) de trois micro-ethnies totalisant chacune quelques milliers ou dizaines de milliers d'individus et cultivant tout à la fois le sacré et le secret. En 1928 Paul Morand sera l'un des rares à leur consacrer quelques pages de ses souvenirs de voyage.

Alain-Michel Boyer est agrégé de lettres, diplômé de l’Institut d’études politiques, diplômé d’ethnologie, il a passé son doctorat à la Sorbonne. Actuellement directeur de recherche à l’université de Nantes et professeur de littérature et d’arts africains, il est l’auteur d’une quinzaine de livres. Grand Prix de littérature de l’Académie de Bretagne (1990). Grand prix de poésie de la ville de la Baule (1996).
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala

Newsletter

Newsletter