Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour

GABORIT Aurélien (commissaire de l'exposition)

Bois sacré: initiation dans les forêts guinéennes

Editions du Quai Branly - Beaux Arts Magazine - Paris - 2014
ISBN: 9791020400703
(albums expos)
41 p. - 22 x 28,5 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 9,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X64031 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
6,00 €
Chez Amazon

 L’exposition BOIS SACRÉ, Initiation dans les forêts guinéennes est la première exposition spécifique sur l’art des Toma et dévoile l’exceptionnel ensemble de masques Toma conservé dans les collections du musée du quai Branly.

Système initiatique de la majorité des populations établies dans les forêts guinéennes (Libéria, Guinée, Côte d’Ivoire), le Poro aurait été instauré dans le courant du 16e
 siècle par les Toma puis adopté par d’autres populations d’Afrique de l’Ouest. Les objets, et tout particulièrement les masques, y jouent un rôle essentiel et matérialisent le pouvoir détenu par quelques grands initiés.
Pour la première fois, l’exposition évoque l’origine du Poro, la cérémonie d’initiation, l’histoire de la collecte et le secret qui entoure ces objets et qui leur confère une force redoutée. 
BOIS SACRÉ, Initiation dans les forêts guinéennes rassemble un ensemble de masques, dont les plus connus sont les très rares masques Toma, ainsi que différents objets, statuettes et photographies contextuelles sur ces sociétés à mystères.
 
LE PORO : un système initiatique en Afrique de l’ouest
Dans de nombreuses cultures d’Afrique, l’initiation constitue un moment clé de la vie de chaque individu et de la communauté. En Afrique de l’Ouest, cet apprentissage est connu sous le nom de Poro.
Le système initiatique très ancien du Poro aurait été créé vers le 16e siècle par les Toma, établis entre la Guinée et le Libéria avant d’être assimilé, avec des variantes, par plusieurs populations d’Afrique de l’Ouest. La fréquence et les étapes de l’initiation, les masques et statues liées aux célébrations, les esprits et les récits sont si diversifiés qu’ils prouvent que le Poro a été adapté par chaque communauté. Ainsi le Poro des Sénoufo (Côte d’Ivoire et Mali) diffère de celui des Toma (Guinée, Libéria) qui lui-même n’est pas identique à celui des Bassa (Libéria).

 Une exposition présentée au Musée du Quai Branly, du 4 mars au 18 mai 2014 explorant, à travers une exceptionnelle collection de masques toma l'histoire du rite initiatique du Poro créé par les Toma (ou Loma au liberia) au XVIe siècle.

Aurélien Gaborit est responsable des collections Afrique au Musée du quai Branly, à Paris
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala

Newsletter

Newsletter