Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 Cahiers de la SIELEC ; 07, DURAND Jean-François, SEILLAN Jean-Marie (sous la direction de)NAUMANN Michel (Actes réunis par) - L'aventure coloniale

Plus de vues

  •  Cahiers de la SIELEC ; 07, DURAND Jean-François, SEILLAN Jean-Marie (sous la direction de)NAUMANN Michel (Actes réunis par) - L'aventure coloniale

Cahiers de la SIELEC ; 07, DURAND Jean-François, SEILLAN Jean-Marie (sous la direction de)NAUMANN Michel (Actes réunis par)

L'aventure coloniale

Kailash - Paris - 2011
ISBN: 9782842682026
(Les cahiers de la SIELEC ; 07)
481 p. - 22 x 14 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 22,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X62054 livre neuf, broché 5 à 8 jours
15,00 €
Chez Amazon

 En consacrant un volume de ses Cahiers au thème de l’aventure coloniale, la SIELEC a choisi une fois de plus la difficulté car, à l’évidence, la rencontre de ces deux mots dans le titre même n’est pas sans soulever de nombreux problèmes. Une première contradiction était connue des auteurs coloniaux eux-mêmes, d'Ernest Psichari à Robert Delavignette. Si le désir de nouveaux mondes et d’étrangeté exotique fut à l’origine de bien de vocations de jeunesse, l’entreprise coloniale mobilise quant à elle ses administrateurs, ses militaires, ses savants pour « reconnaître » le mieux possible des territoires dont on dresse les cartes, où l’on construit des routes en même temps que l’on classe coutumes et croyances dans une évidente intention de contrôle et d’efficacité. L’aventure peut-elle longtemps résister face à une entreprise au fond rationaliste, scientifique, parfois même encyclopédique si l’on pense à la masse impressionnante d’informations réunies par les orientalistes et africanistes de l’âge des Empires ? D'autre part, comme le souligne Sylvain Venayre dans son article introductif, l’aventure a une riche histoire dans l’imaginaire culturel européen. Elle fut d’abord dépréciée, avant de conquérir une place centrale dans la sensibilité de l’entre-deux-guerres. On vit alors foisonner les romans d’aventures pour la jeunesse en même temps que l’Outre-mer se voyait paré de toutes les vertus devant une civilisation européenne agonisante que tentaient tous les démons du nihilisme. Une fois de plus, l’Afrique et l’Asie permettaient de répondre, de manière certes largement imaginaire, aux inquiétudes et aux interrogations de la vieille Europe. La littérature, comme nous l’avons souvent constaté lors des Congrès de la SIELEC, est une formidable caisse de résonance des mythes, rêveries, idéologies que nourrissent les tumultes de l’histoire.

Le présent volume réunit les Actes d’un Colloque international qui s’est tenu à Montpellier et à Nice en mai 2008. Il multiplie les éclairages pour essayer de mieux comprendre cet imaginaire de l’aventure de l’Outre-mer dont on mesure désormais toute la richesse et la complexité. Après avoir évoqué quelques grandes figures de découvreurs, missionnaires, savants, mais aussi de femmes de pionniers et d’«aventurières », il aborde la grande question de l’aventure aux colonies, avec ses ambiguïtés et ses « avatars », ses enthousiasmes et ses déconvenues. Le lien étroit entre l’aventure et l’histoire coloniale est abordé dans un chapitre spécifique. La dimension esthétique n'est bien sûr pas oubliée : elle est essentielle, puisque l’Afrique comme le monde arabe ou l’Asie nourrirent l’imagination des romanciers, des peintres et des voyageurs. Sous sa forme populaire, le récit d'aventure connut même (grâce aussi à la presse et au récit de reportage) un considérable succès. Un prochain volume des Cahiers approfondira quelques-uns de ces thèmes et abordera la question sous un angle particulier : celui des nouveaux mondes, au cœur des littératures de l’ère coloniale.
Sommaire:
Avant-propos
En guise d’Introduction
- Sylvain Venayre / L’ «aventure coloniale» entre littérature et histoire.

I. FIGURES D’EXPLORATEURS ET DE PIONNIERS
- Odile Gannier / Femmes de pionniers en voyage: des journaux presque oubliés.
- Jean-François Zorn / Le «Livingstone français». François Coillard (1834-1904), missionnaire protestant.
- Frédéric Mambenga-Ylagou / Paul Belloni Du Chaillu: explorateur des dynamiques socioculturelles dans la forêt équatoriale au XIXème siècle.
- Janos Riesz / James Bruce: Voyage en Nubie et en Abyssinie (1768-1773). Aventure intellectuelle ou drame passionnel.
- Marie-Paule Ha / Adventuring in an Age of Entrepreuneurial colonialism.

II. LES AVATARS DE L’AVENTURE COLONIALE
- Jacques Chevrier / Langueurs coloniales.
- Roger Little / Avatars de l’aventurier. Réflexions sur la fiction et la réalité à travers trois exemples de nature et d’époques différentes.
- Rémy Casiglia / «I raro de noste mounde» (Aux frontières de notre monde). Les Conte de la mar e dis isclo, nouvelles coloniales en provençal de Louis Bayle (1949).
- Dhana Underwood / Chasseur de fortune et chasseur d’épices, l’aventure aux colonies.
- Nivoelisoa Galibert / Aux sources de l’«hybridité»: le citoyen Lescallier à Madagascar.
- Gilbert Soubigou / Conquête coloniale et modèle napoléonien : les empires éphémères des aventuriers-rois.

III. L’AVENTURE ET L’HISTOIRE COLONIALE.
- Pierre Citti / Empire et décadence (1880-1914).
- Carminella Biondi / La fin de l’aventure française en Louisiane.
- Gérard Chalaye / La littérature coloniale berbériste au Maroc (1914-1934): une aventure malgré tout?
- Jean Sévry / Afrique du Sud: l’aventure de la colonisation, un mythe fondateur? A propos du grand trek.
- Norbert Dodille / Le Bulletin de Madagascar, l’expédition de 1895 et la pacification de Gallieni: récit de la dernière aventure coloniale.

IV. AVENTURES AMBIGUËS
- Jean-Claude Blachère / Aventures ambiguës.
F- rançoise Genevray / Les romans indiens de Louis Bromfield ou l’aventure en miettes.
- Chantal Zabu / La théorie «queer» à l’épreuve des textes coloniaux: le cas de My Kalulu de Henry Morton Stanley.
- Farid Zahi / La religion de l’autre: miroirs et paradoxes de l’aventure coloniale.

V. LITTERATURE, ESTHETIQUE, AVENTURE.
- Michel Naumann / L’aventure, l’amour, la mort et l’art dans La Lumière qui s’éteint de Rudyard Kipling.
- Suzanne Lafont / Le continent noir de l’imaginaire. L’Afrique de Céline dans L’Eglise et Voyage au bout de la nuit.
- Gilbert Soubigou / Itinéraires d’un «homme de lettres»: la trilogie exotique et coloniale de Francis de Croisset (La Féérie cingalaise, Nous avons fait un beau voyage et La Côte de Jade).
- Denise Coussy / Paradis
- Jean Arrouye / D’un pittoresque l’autre, le Maroc de Matisse.

VI. LES FORMES POPULAIRES DU RECIT D’AVENTURE.
- Maria Chiara Gnocchi / Le blanc, le noir et … l’autre. Stratégies discursives coloniales.
- Jean-Marie Seillan / Une «mythographie» de l’aventure coloniale: Le Monde noir de Marcel Barrière (1909).
- Jean-Pierre Jardel / L’idéologie coloniale dans le journal L’Illustration: le cas de la Nouvelle-Calédonie (1854-1924).
- Matthieu Letourneux / Du roman de découverte exotique au roman géopolitique d’espionnage: le roman d’aventures colonial dans les collections populaires de l’entre-deux-guerres.