Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour

LAURENT Pierre-Joseph

Amours pragmatiques. Familles, migrations et sexualité au Cap-Vert aujourd'hui

Karthala - Paris - 2018
ISBN: 9782811119379
(Hommes et sociétés)
456 p. - 24 x 16 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 29,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X67639 livre neuf, broché 5 à 8 jours
29,00 €
Chez Amazon

 Pourquoi une famille aussi fluctuante, pour ne pas dire évanescente, voire même insaisissable, que la famille capverdienne pourrait-elle être considérée comme particulièrement bien adaptée aux conditions de ce début de vingt et unième siècle ?

 
Bien avant l’apparition d’Internet, depuis près de cent cinquante ans, confrontée à la migration, cette société insulaire a su apprivoiser la distance qui sépare durablement les membres d’une famille. Animés d’une énergie contagieuse, ils inventeront progressivement la « famille à distance ». Étrange famille où le mariage semble avoir disparu, où les femmes élèvent seules leurs enfants, où des couples vivent longuement séparés et où des enfants sont confiés à des nourrices ! Pourtant un enjeu majeur relie les membres de ces familles : celui de se transmettre le « capital migratoire » considéré comme un bien précieux. À de rares occasions, vacances, mariages ou funérailles, les membres dispersés de la « famille à distance » se rassemblent. Vécus intensément, ces moments éphémères suscitent les échanges. La famille refait corps : elle se réajuste et transmet des histoires. Les selfies se chargeront ensuite d’en prolonger la mémoire.
 
Treize ans et vingt-sept voyages au Cap-Vert et dans la région de Boston aux États-Unis où résident deux cent soixante mille Américains capverdiens furent nécessaires pour reconstituer l’histoire de ces « familles à distance » sur plusieurs générations. Amours pragmatiques résulte d’une expérience humaine acquise d’une vie partagée avec ces familles. Par des récits détaillés, étayés et parfois poignants, l’auteur invite le lecteur à comprendre les fondements de la société capverdienne et au-delà, il l’introduit à des manières contemporaines de vivre la famille.
 
En filigrane, et en dialogue avec l’anthropologie de la parenté, l’ouvrage interroge à nouveau frais l’énigme que constitue la famille matrifocale. La société capverdienne est alors décrite comme le fruit d’une histoire qui a institué une société à « alliances confinées et à visites ».
Sommaire:
Préface
Introduction
La famille à distance
Ceux qui restent et ceux qui circulent
La famille à distance et la famille capverdienne
De la famille capverdienne à la société machi-matricentrée

Première partie : Le projet de la famille à distance (Maïsa et Camilo)

1. Ouverture du chemin migratoire
Pionnier
Clandestinité
Soutien à distance et recours à une alliance opportune
Famille matricentrée
Capital migratoire
Inscription d’un enfant dans la filiation de l’homme

2. Circulation du capital migratoire
Ambivalence des sentiments et endettement
Séduction
Inégalité, « société à différentiel » et machisme
Subdivision de la famille à distance
Disposition au départ
Pragmatisme

3. Émergence de « familles par alliance »
Dettes et remboursements
Soubresaut de la famille par alliance
Espace – temps de la famille à distance
Désir de mobilité
Expression de la souffrance
Filiation contre alliance
Atterrissage

Deuxième partie : Marché du travail, lois migratoires des pays d’accueil et morphologie de la famille à distance

4. Cinq manières de débarquer aux USA
Visa de visiteur
Green card
Alliance
Filières clandestines
Droit du sol
Conclusion

5. Limites psychiques à la souplesse de la famille à distance
La geste du pionnier
Départ du père et institution d’une famille matricentrée
Accès à la nationalité américaine
Solidarité entre femmes pour l’accès au capital migratoire
Reconstitution du couple initial
Solitude et souffrance psychique
Regroupement de la fratrie
Conclusion

6. Comparaison des flux migratoires entre les États-Unis et l’Italie
Origine du flux migratoire en Italie
Lois migratoires italiennes et directives européennes
Confrontations au marché du travail et aux lois migratoires italiennes
Le propre de chaque flux migratoire

7. Morphologie de la famille à distance
Conditions pour une schématisation de la famille à distance
Formation d’une idiosyncrasie : esclavage, inégalités, migrations
Système « machi-matricentré »
Système des lois migratoires et de la plasticité de la parenté
Domination de la filiation sur l’alliance
Conclusion : Le projet migratoire et la solidité de la famille à distance

Troisième partie : En-deçà et au-delà de la migration : ceux qui ne partent pas et ceux qui circulent

8. Départs hypothétiques (Cabral, Isabel et Francisco)
Grands-parents maternels et paternels
Parents
Fratrie
Conclusion

9. Être riche et circuler (Ana et Baltazar)
Schématisation théorique : plasticité de la famille et déliaison alliance/sexualité
Endogamie et circulation du capital migratoire
Le projet migratoire comme cause principale du Living Apart Together
S’enrichir comme horizon
Parcours de la reconnaissance

Conclusion. De la famille à distance à la société machimatricentrée
Sexologiques
De la famille à distance à la famille capverdienne
La matricentralité : une société à « alliances confinées et à visites »
Contribution de la société machi-matricentrée à l’anthropologie fondamentale
Nolson Lobo et sa peinture
Agronome, sociologue et anthropologue, Pierre-Joseph Laurent est professeur à l’Université catholique de Louvain, où il a cofondé le Laboratoire d’anthropologie prospective. Après, vingt ans de recherches au Burkina Faso, il s’est tourné vers la société créole du Cap-Vert
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala

Newsletter

Newsletter