Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 MULLER Jean-Claude - Les Chefferies dii de l'Adamaoua (Nord-Cameroun)

Plus de vues

  •  MULLER Jean-Claude - Les Chefferies dii de l'Adamaoua (Nord-Cameroun)

MULLER Jean-Claude

Les Chefferies dii de l'Adamaoua (Nord-Cameroun)

Editions du CNRS - Paris - 2006
ISBN: 9782271064042
(Chemins de l'ethnologie)
224 p., préface de Luc de Heusch - 15 x 23 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X40657 livres d'occasion, prix et états divers, depuis: 5 à 8 jours
17,50 €
Chez Amazon

Au nombre de quelques dizaines de milliers, les Dìì occupent une centaine de villages qui sont autant de chefferies de tailles variables, voire minuscules, dans un territoire situé au nord du Cameroun. Comment fonctionne précisément ce système politique, et quelles en sont les justifications aux yeux des intéressés ? Dans un premier temps, Jean-Claude Muller présente l'organisation socio-politique et les divers lignages nécessaires à la bonne marche d'une chefferie (lignage du chef, du circonciseur, du « maître du territoire », du forgeron) et leur intégration dans un ensemble social et rituel. Puis il analyse des mythes de fondation qui se réfèrent au schème du don et contre-don de Marcel Mauss, la chefferie étant créée pour récompenser un chasseur étranger ayant offert son gibier aux autochtones. Ceux-ci lui donnent la chefferie pour qu'il continue à faire bénéficier la communauté de ses bienfaits. Des rites sont alors chargés de faire du chef une sorte de surhomme, doté d'un double féminin, un masque qu'il est seul à porter et qui fait écho aux autres conceptions de la personne physique du chef de quelques populations voisines. Par la suite, l'auteur examine les répercussions des trois colonialismes qui ont affecté les Dìì, celui des Peuls au 19e siècle et ceux des Allemands et des Français au 20e siècle. Aujourd'hui, après l'arrivée de l'islam et du christianisme, les Dìì se disent tous soit chrétiens soit musulmans. Leur dilemme consiste à décider ce qu'ils peuvent garder de leurs rites traditionnels, afin de ne plus passer pour des païens. Ouvrage d'anthropologie politique, il montre aussi les mécanismes qui empêchent le pouvoir « cheffal »de se muer en despotisme. Il fait voir également comment un peuple africain contemporain maintient ses traditions tout en les adaptant au cadre étatique actuel, en proposant de nouvelles solutions administratives. Ce livre constitue la synthèse des études comparatives rassemblées par l’auteur au terme d’années de terrain au Nord-Cameroun sur le fonctionnement des chefferies dii et la justification que donnent les intéressés pour la création de ce système politique, qui nécessite la présence de divers lignages (du chef, du circonciseur, du « maître du territoire », du forgeron) intégrés dans un tout, social et rituel.

Sommaire:
- Préface de Luc de Heusch,
- Structure sociale
- Structure et événement
- Du mythe au rite
- Une figure ambiguë : le chef et son double
- L'environnement et le travail du chef
- Colonialismes, regroupement et identité
- Le dilemme des Dii.
Titulaire du doctorat d'État ès lettres décerné à l'Université de Paris X en 1978, Jean-Claude Muller est professeur d'anthropologie à l'Université de Montréal. À la suite d'un séjour de recherches de quatre années effectué à Jos (Nigeria), il publie son premier ouvrage au Québec, Le roi bouc émissaire, pouvoir et rituel chez les Rukuba du Nigeria Central. Paraîtront, par la suite, plusieurs autres monographies consacrées aux Rukuba, ainsi que deux synthèses comparatives traitant du mariage et du politique dans des sociétés de cette même région : Du bon usage du sexe et du mariage, structures matrimoniales du haut-plateau nigérien (1982) et jeux de miroir, structure politique du haut-plateau nigérien (1998). Depuis plusieurs années déjà, Jean-Claude Muller poursuit ses recherches auprès des Dii de l'Adamaoua, au Cameroun.