Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
L'Afrique a, depuis toujours, développé des dynamiques sociales de réseaux; celles-ci débouchent-elles aujourd'hui sur des processus d'adhésion et de participation à la mondialisation ?

BART François, LENOBLE-BART Annie (sous la direction de)

Afrique des réseaux et mondialisation

Karthala - Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine (MSHA) - Paris - Pessac - 2003
ISBN: 9782845863903
(Hommes et sociétés)
208 p. - 24 x 16 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 22,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X24563 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
6,60 €
Chez Amazon

 Dans quelle mesure les dynamiques sociales de réseaux, si ancrées dans les cultures africaines, suscitent-elles des processus d'adhésion et de participation à la mondialisation ? Les réponses de chercheurs d'équipes d'horizons divers sont multiformes, à l'image de la richesse des processus d'appropriation ou de réappropriation par les Africains, ouverts aux diasporas, de tout ce qui peut accompagner les solidarités : associations de femmes ou de jeunes, à dimensions locales ou internationales, réseaux professionnels ou ludiques, le tout à l'heure des dures lois des marchés, du tourisme concerté ou subi, de l'avion et de l'internet

Les liens sociaux ainsi renouvelés servent-ils de vecteurs aux modèles de développement, de pensée, de culture de système-monde au moment où la Chine et l'Inde sont en train de prendre une place de plus en plus importante à défaut d'imposer des modèles ? A contrario, produisent-ils des formes d'autonomie, voire de résistance à la mondialisation débouchant sur de véritables replis identitaires au nom de l'authenticité, de la négritude, du self reliance, du nationalisme ou de l'indépendance ? Cette réflexion a été lancée au début de 2001 dans le cadre d'une recherche expérimentale sur les " dynamiques locales de la mondialisation les Afriques en perspectives " pour le nouveau contrat d'objectifs de la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine. Les contributions émanent d'approches de ces questions par différentes disciplines des sciences humaines et sociales : géographie, sciences politiques, anthropologie, sociologie ou information-communication

L'Afrique a, depuis toujours, développé des dynamiques sociales de réseaux; celles-ci débouchent-elles aujourd'hui sur des processus d'adhésion et de participation à la mondialisation ?

Sommaire:
- François Bart, Annie Lenoble-bart / L'Afrique sub-saharienne entre local et mondial: le grand écart, pp. 7-17,
- Singaravélou / Les réseaux ethno-culturels et la mondialisation: l'exemple de la diaspora indienne, pp. 17-29,
- Jérémie Robert / Entre Inde, Afrique et Arabie: mondialisation et réseaux transnationaux à Zanzibar, pp. 29-43,
- Alain Bonnassieux / Libéralisation de la filière coton et affirmation d'une élite paysanne au Burkina Faso, pp. 43-61,
- Yves Guillermou / Organisations paysannes et mutations rurales sur les hautes terres de l'Ouest Cameroun. Professionnalisation ou auto-promotion assistée ?, pp. 61-85,
- Molongua Iyanga / La Guinée équatoriale et ses voisins: réseaux et dynamique macro-régionale de la mondialisation, pp. 85-99,
- Hélène Guetat-Bernard / Réseaux et territoires de femmes. Une étude en pays bamiléké au Cameroun, pp. 99-119,
- Cécile Roy / Réseaux sociaux et mondialisation dans une périphérie du monde: exemple des associations de Kiwalani, Dar es Salaam, Tanzanie, pp. 119-131,
- Maïlys Chauvin / Acteurs et réseaux sociaux du tourisme international en Tanzanie, entre échelles locale et globale, pp. 131-153,
- Richard Maire / Minorités ethniques, mondialisation et explosion du tourisme en Chine: le cas de Lijiang (Yunnan) et de la culture naxi, pp. 153-177,
- Annie Lenoble-Bart / Femmes et toile en Afrique de l'Est, pp. 177-189,
- Cyriaque Paré / Réseaux électroniques et dynamiques sociales en ligne, pp. 189-202.
- François Bart est professeur de géographie à l'Université Michel de Montaigne - Bordeaux 3 ; il dirige l'UMR Bordeaux 3/CNRS DYMSET (Dynamique des Milieux et des Sociétés dans les Espaces tropicaux) et préside la commission de géographie tropicale au sein du Comité national français de géographie.

- Annie Lenoble-Bart, agrégée d'histoire, professeur en Sciences de l'information et de la communication à l'IUT Michel de Montaigne de l'Université de Bordeaux, est directrice du Centre d'études des médias, de l'information et de la communication (CEMIC). Un des axes de recherches de cette Equipe d'accueil est consacré aux médias africains.