Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 BOLYA - La profanation des vagins: le viol, arme de destruction massive

Plus de vues

  •  BOLYA - La profanation des vagins: le viol, arme de destruction massive

BOLYA

La profanation des vagins: le viol, arme de destruction massive

Editions du Rocher - Le Serpent à plumes - Monaco - Paris - 2005
ISBN: 9782268053301
(Essais / Documents)
201 p. - 11,4 x 17,9 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X43383 livres d'occasion, brochés, état et prix divers. A partir de: 5 à 8 jours
4,00 €
Chez Amazon

 Le viol de guerre, cet acte de barbarie, cette pratique sauvage et abjecte, est un crime contre l'humanité, " le crime des crimes " selon le Tribunal pénal international de l'ONU, le Mal absolu... La profanation des vagins est une arme de destruction massive des femmes et des fillettes par les nouveaux sauvages., Dans toutes les guerres oubliées de la planète, les vagins sont massacrés. Leur destruction est systématique, généralisée, planifiée... Les crimes sexuels de masse contre les femmes sèment le sida, les viols à grande échelle engendrant une contamination dévastatrice de cette " peste démographique "... Cette profanation est bien une nouvelle arme biologique de guerre. Mode opératoire de cette barbarie, le viol devient un " instrument de génocide ", une technique rustique d'extermination et de nettoyage ethnique. Des petites filles sont transformées en " poupées de sang "... Les nouveaux sauvages, les seigneurs de guerre, ces grands prédateurs sexuels, ces monstres pédophiles, bref ces seigneurs de vagins mènent des combats de lâches en s'attaquant à des femmes et des fillettes désarmées. Les conventions de Genève contre la torture, l'esclavage, les décisions récentes du Tribunal pénal international de l'ONU, sont tous les jours bafouées. Jamais autant de femmes et de fillettes n'ont été souillées... En toute impunité ! Le viol de guerre est devenu une redoutable arme d'humiliation massive des femmes et des peuples.

Silence, on viole ! Silence, on tue ! Le Silence tue !
Y aurait-il un troisième sexe ? Les vagins oubliés des guerres oubliées…
Désiré Bolya Baenga est né en 1957 à Kinshasa au Zaïre .Romancier et essayiste il écrira également plusieurs romans policiers ethnologiques: La Polyandre et Les cocus posthumes. Il a reçu, en 1986, le Grand Prix de l'Afrique noire pour son premier roman, Cannibale. Il disparaît à Paris en août 2010.
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala

Newsletter

Newsletter