Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 ERMAN Michel, PETRE-GRENOUILLEAU Olivier - Le cri des africains - Regards sur la rhétorique abolitionniste

ERMAN Michel, PETRE-GRENOUILLEAU Olivier

Le cri des africains - Regards sur la rhétorique abolitionniste

Manucius Editions - Houilles - 2009
ISBN: 9782845780835
(L'Historien)
160 p. - 15,1 x 24,1 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 16,20 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X68757 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
7,50 €
Chez Priceminister
X42527 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
10,75 €
Chez Amazon

 À partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, des hommes et des femmes ont commencé à militer en faveur, non pas seulement d'une réforme ou d'une amélioration du système esclavagiste, mais de sa suppression totale et définitive. Le mouvement abolitionniste qui s'est alors peu à peu constitué, en Europe et aux Amériques, constitue ainsi le premier exemple de combat international en faveur de ce que nous appelons aujourd'hui les droits de l'Homme. Une telle transformation a évidemment suscité nombre d'interrogations et d'études. Mais celles-ci ont longtemps été principalement consacrées à la recherche de la cause ou du facteur essentiel susceptible de l'expliquer, en plaquant souvent sur le passé des grilles de lecture suscitées par les querelles du présent. Aussi paradoxal que cela puisse paraître on s'est donc très peu attelé à l'étude des textes écrits par les abolitionnistes eux-mêmes, sauf au détour de quelques citations, souvent extraites de leur contexte. Aussi un retour aux sources s'avère-t-il indispensable. Non pas pour essayer d'expliquer un mouvement si vaste, durable et complexe par un facteur particulier, mais afin de comprendre comment les abolitionnistes percevaient le monde et quels sens ils donnaient à leurs actions. D'où la réédition de deux de ces textes, présentés conjointement par un historien et un linguiste. Écrits, l'un par un protestant anglais, l'autre par un catholique français, ils renvoient à des contextes différents : la lutte pour abolir définitivement la traite atlantique dans le cas du premier, la volonté de lancer une croisade destinée à l'éradication de la traite et de l'esclavage en Afrique dans le cas du second. Parce que leurs auteurs ont avant tout pour objectif de convaincre leurs contemporains, afin de les mobiliser, et aussi parce que ces deux textes suivent une même démarche apologétique empreinte du sentiment du péché et de la nécessité d'une rédemption, on a cependant affaire à une rhétorique souvent comparable. Ce faisant on voit combien nombre de nos représentations communes et de clichés relatifs à la traite et à l'esclavage sont nés à cette époque, celle du combat abolitionniste. On perçoit aussi mieux l'ambiguïté d'un discours qui permit finalement de vaincre les bastilles négrières et esclavagistes, mais au prix d'un manichéisme et de la mise en avant d'une culture de la compassion réfractaire à toute analyse, à toute réflexion, et à toute véritable histoire.

 Réédition de 2 textes anti-abolitionnistes fondamentaux, présentés conjointement par un historien et un linguiste. Écrits, l'un par un protestant anglais, l'autre par un catholique français, ils renvoient à des contextes différents : la lutte pour abolir définitivement la traite atlantique dans le cas du premier, la volonté de lancer une croisade destinée à l'éradication de la traite et de l'esclavage en Afrique dans le cas du second.

Une étude à partir des textes de:
- Thomas Clarkson / Histoire du commerce homicide appelé Traite des noirs (1822)
- S. Em. Le Cardinal Lavigerie / Lettre sur l'esclavage africain (1888)
- Michel Erman est Professeur de linguistique et de poétique à l'Université de Bourgogne. Il travaille en particulier sur la rhétorique des discours politiques

- Olivier Grenouilleau (anciennement Pétré-Grenouilleau) est un universitaire et historien français (né à Rumilly en 1962). Professeur à l'Université de Bretagne-Sud puis à Science Po Paris, son champ de recherche privilégié depuis 1990 est l'étude des traites négrières et en particulier de celle pratiquée par le port et la ville de Nantes.
Son ouvrage majeur "Les Traites négrières. Essai d'histoire globale" affirme tout à la fois que le terme de génocide est impropre pour qualifier la traite négrière (le but ultime en étant le profit et non l'extinction d'une race ou communauté) et d'autre part que la traite occidentale s'inscrit dans une histoire beaucoup plus large de l'exploitation de l'homme incluant la traite orientale (arabe) et la traite inter-africaine. L'un des premiers à mettre en cause le discours établi, il va s'attirer de nombreuses et virulentes critiques. Au vu du caractère peu discutable de ses sources, la majorité du corps universitaire lui apportera son soutien; les travaux ultérieurs de nombreux autres chercheurs lui donneront raison sans en rien enlever quoi que ce soit à l'horreur de la traite.