Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 DUPARQUET Charles Père, VIEIRA Gérard (présentation) -Le Père Duparquet. De l'exil à Bagamoyo au succès de Landana. Lettres et écrits - Tome III (1870-1876)

Plus de vues

  •  DUPARQUET Charles Père, VIEIRA Gérard (présentation) -Le Père Duparquet. De l'exil à Bagamoyo au succès de Landana. Lettres et écrits - Tome III (1870-1876)

DUPARQUET Charles Père, VIEIRA Gérard (présentation)

Le Père Duparquet. De l'exil à Bagamoyo au succès de Landana. Lettres et écrits - Tome III (1870-1876)

Karthala - Paris - 2014
ISBN: 9782811112080
(Mémoire d'Eglises)
656 p., 12 pages de cahier photo - 24 x 16 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 39,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X62018 livre neuf, broché 5 à 8 jours
39,00 €
Chez Amazon

 Ce troisième volume des écrits du père Duparquet présente un moment essentiel de la vie de ce missionnaire spiritain: il peut enfin mettre en pratique sa conception de la mission.

 
Le premier volume (2012) racontait ses premiers contacts avec l’Afrique (écrits de 1855 à 1865). Le deuxième tome (2013) contient les écrits de 1866 à 1869: le père Duparquet essaie de relancer la mission du Congo et de l’Angola à partir de Mossamédès, mais les autorités portugaises ont peur qu’un missionnaire français ne travaille pour la France. Comprenant la nécessité de mener l’évangélisation avec des sujets portugais, il quitte l’Afrique et crée un petit séminaire à Santarem au Portugal. Il rencontre les membres du gouvernement portugais pour obtenir l’autorisation de fonder un séminaire à Mossamédès. On lui fait beaucoup de promesses, jamais suivies d’effet. Rentré en France en 1869, Duparquet ne désire plus qu’un poste de professeur dans un des scolasticats spiritains. Mais le supérieur général l’envoie fonder un séminaire à Bagamoyo en Afrique de l’Est.
 
C’est là que commence le troisième volume des écrits. L’«exil» à Bagamoyo est une période d’épreuve. Le petit séminaire est déjà commencé et les pères de Zanzibar n’ont pas été avertis de la venue du père Duparquet. Celui-ci se met tout de même au travail. Un cyclone détruit le séminaire. Le père avec les enfants est obligé d’aller à Zanzibar. Il y tombe très gravement malade et doit rentrer en France. Son idée est toujours de relancer la mission du Congo. Le Conseil général spiritain accepte en 1873 un nouvel essai, en dehors des possessions portugaises. Avec le père Carrie, le père Duparquet fonde la mission de Landana, dans l’enclave de Cabinda qui, à l’époque, n’appartenait pas au Portugal. Il y applique les principes déjà développés par le père François Libermann dans son rapport à Rome de 1846. C’est un grand succès, admiré par les officiers de la marine française mais aussi, plus tard, par les marins portugais.
Gérard Vieira a exercé son apostolat en Guinée, de 1954 à 1967. Il a été expulsé de ce pays en même temps que les autres missionnaires européens. De 1967 à 1998, il occupe, au Sénégal, différentes fonctions, entre autres celle de supérieur du district spiritain (Sénégal, Guinée, Guinée-Bissau, Mauritanie) jusqu’en 1998. Il est rappelé alors en France pour s’occuper des archives générales de la congrégation du Saint-Esprit.
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala

Newsletter

Newsletter