Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 BARLEY Nigel - Un anthropologue en déroute (réédition 2016)

Plus de vues

  •  BARLEY Nigel - Un anthropologue en déroute (édition 2002)
  •  BARLEY Nigel - Un anthropologue en déroute (réédition 2016)

BARLEY Nigel

Un anthropologue en déroute

Payot - Paris - 2016
ISBN: 9782228914529
(Petite bibliothèque Payot ; 176)
270 p., traduit de l' Anglais par Marc Duchamp - 17 x 11 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 9,20 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X45829 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
5,21 €
Chez Amazon
X65494 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
5,00 €
Chez Priceminister

Pourquoi diable Nigel Barley s'est-il mis un jour en tête de devenir anthropologue ? Pour sa thèse il avait choisi les Anglo-Saxons mais, tout plan de carrière impliquant une mission d'étude, c'est finalement une modeste tribu montagnarde du Nord-Cameroun, les Dowayo, qui lui échoit. Une sinécure ? Si l'on veut... Non que les Dowayo se montrent hostiles, mais insaisissables plutôt, et imprévisibles. Barley se voit transformé tour à tour en infirmier, banquier, chauffeur de taxi, exploité jusqu'à l'os par une tribu hilare. Il finira par comprendre que l'objet d'observation, en fait, c'est lui.

La dernière réédition de cet ouvrage paru pour la première fois dans la petite bibliothèque Payot en 2002. 

Les cocasses mésaventures d'un ethnologue venu étudier une tranquille peuplade du Cameroun: les Dowayos

Ancien conservateur au British Museum, Nigel Barley (né en 1947) s’est rendu célèbre pour avoir marié l’ethnologie à l’humour. Les Éditions Payot ont publié ses livres dans des genres très différents. Après nous avoir régalé de ses mésaventures au Cameroun (Un anthropologue en déroute et Le Retour de l’anthropologue) puis en Indonésie (L’anthropologie n’est pas un sport dangereux), il s’est essayé à l’art de la biographie pour raconter la vie de Stamford Raffles, qui fonda Singapour en 1819 (L’anthropologue mène l’enquête) ; et enfin, avec la même verve, il a osé le roman pour raconter l’installation malheureuse à l’embouchure du Niger d’un pasteur britannique trop idéaliste (Le Dernier voyage du révérend).