Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 BARLEY Nigel - Le dernier voyage du Révérend

Plus de vues

  •  BARLEY Nigel - Le dernier voyage du Révérend

BARLEY Nigel

Le dernier voyage du Révérend

Payot - Paris - 2004
ISBN: 9782228898591
(Petite bibliothèque Payot / Voyageurs ; 507)
256 p., traduit de l'anglais par Bernard Blanc - 18 x 11 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 8,15 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X45270 livres d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
3,50 €
Chez Amazon

Au coeur du dix-neuvième siècle, le révérend Emmanuel Truscot débarque à l'embouchure du Niger avec sa jeune épouse et un grand rêve dans ses bagages : faire de la cité d'Akwa, dont les habitants portent des chapeaux hauts de forme et offrent du thé au lait à leurs divinités, un modèle de société chrétienne après en avoir éradiqué corruption, polygamie, esclavage et cannibalisme. Pour cela il va lui falloir compter avec le baroque roi Jack, les fourberies des trafiquants occidentaux, les réactions imprévisibles de ses nouvelles ouailles, les malentendus engendrés par chacune de ses initiatives. Il n'y laissera pas sa foi, mais peut-être bien la vie... Dans ce roman burlesque autant que mélancolique, Nigel Barley allie ses talents d'humoriste, d'anthropologue et d'écrivain. Il est aussi l'auteur dans la même collection de plusieurs récits de voyages hilarants.

Ancien conservateur au British Museum, Nigel Barley (né en 1947) s’est rendu célèbre pour avoir marié l’ethnologie à l’humour. Les Éditions Payot ont publié ses livres dans des genres très différents. Après nous avoir régalé de ses mésaventures au Cameroun (Un anthropologue en déroute et Le Retour de l’anthropologue) puis en Indonésie (L’anthropologie n’est pas un sport dangereux), il s’est essayé à l’art de la biographie pour raconter la vie de Stamford Raffles, qui fonda Singapour en 1819 (L’anthropologue mène l’enquête) ; et enfin, avec la même verve, il a osé le roman pour raconter l’installation malheureuse à l’embouchure du Niger d’un pasteur britannique trop idéaliste (Le Dernier voyage du révérend).